diaporama

  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4

Actualités

Objectifs

  • S'adresser aux professionnels qui souhaitent découvrir l'intérêt de cette approche thérapeutique méconnue, 
  • Informer en pratique, sur la cure et les soins,
  • Faire le point sur le niveau de preuves de l'efficacité de cette thérapeutique,
  • Bien délimiter les indications thérapeutiques qui s'imposent (et donc écarter les non-indications ou contre-indications),
  • Présenter ses développements (Ecole thermale du stress, sevrage de BZD).

NEURASTHENIE & THERMALISME

Neurasthénie et cure thermale

Le terme de neurasthénie date de 1869 et a été créé par l’américain George Miller Beard.

Celui-ci a en effet décrit ce syndrome dans le Custom Medical Journal.

Il décrivait ainsi tous les types d’épuisement nerveux ayant pour centre le cerveau et le système nerveux central.

La neurasthénie se manifestait pour lui par la survenue de symptômes essentiellement liés à un état de fatigue physique et mental intense qui s’associait à des insomnies, des douleurs, des troubles sensoriels, un sentiment de tristesse, un état d’irritabilité et de bien d’autres symptômes en lien avec l’excitation du système nerveux.

Il a distingué plusieurs types de neurasthénie :

  • la neurasthénie plutôt cérébrale où dominait principalement la fatigue physique et psychique
  • la neurasthénie digestive avec des plaintes essentiellement abdominales
  • la neurasthénie spinale en lien avec des douleurs prédominantes sur la région dorsale

Pour Beard, pas de doute, la neurasthénie est liée à la sollicitation trop importante du système nerveux ayant pour conséquence l’affaiblissement de l’état psychologique et de la résistance nerveuse.

Il considérait déjà qu’il s’agissait là d’une maladie de la civilisation dû, entre autre, à d’importantes modifications des conditions de vie, à l’augmentation des activités imposées aux hommes des classes moyennes et supérieures américains, de la fin du XIXème siècle.

Il insistait beaucoup sur le rôle de la vie moderne dans le développement de cette affection considérant que le peuple américain était « le plus nerveux » du monde terrestre.

Cette théorie qui a connu un énorme succès aux Etats-Unis et qui fut à l’origine de sanatoriums, a également permis le développement de cures de repos.

Avec la théorie de  Sigmund Freud et de Pierre Janet, le terme de neurasthénie a été quelque peu été abandonné mais, dans le cadre du burn-out et de la fibromyalgie, ou encore des troubles dyspeptiques, et du syndrome du côlon irritable, on retrouve un certain nombre de pathologies qui ressemblent, en de nombreux points, à cette maladie décrite par cet illustre psychiatre de la fin du XIXème Siècle.

L’asthénie psychique qui est une maladie extrêmement décrite au cours des derniers siècles a perdu de son influence, davantage remplacée par le concept de trouble anxieux.

Cependant, la fatigue chronique est une affection qui reste bien connue et reconnue par nombres de nos patients qui trouvent en cure, les moyens de réduire celle-ci, qui plus est, par des moyens naturels.

Il faut dire que dans ce domaine, l’action thérapeutique médicamenteuse n’apporte que peu de solution efficace.

 

 

Espace Presse

La presse a son mot à dire : Accéder à l'espace presse