diaporama

  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4

Actualités

Objectifs

  • S'adresser aux professionnels qui souhaitent découvrir l'intérêt de cette approche thérapeutique méconnue, 
  • Informer en pratique, sur la cure et les soins,
  • Faire le point sur le niveau de preuves de l'efficacité de cette thérapeutique,
  • Bien délimiter les indications thérapeutiques qui s'imposent (et donc écarter les non-indications ou contre-indications),
  • Présenter ses développements (Ecole thermale du stress, sevrage de BZD).

L'intérêt de la balnéothérapie dans la dépression

Une étude récente sur la dépression: L'étude de Fribourg

Une équipe universitaire de Fribourg a effectué une étude randomisée évaluant l'impact des bains hyperthermiques (de 40°) sur la dépression et le sommeil chez des patients présentant un état dépressif.

Deux groupes ont été constitués :

    Le premier groupe recevait un traitement par bains hyperthermiques à 40°C pendant 30 minutes dans une piscine d'un centre balnéothérapique, près de Fribourg.
    Le groupe contrôle, recevait, dans un local du centre universitaire, un traitement par lumière LED verte de 400 Lux pendant 40 minutes, considéré comme un placebo.

Le critère de jugement principal était la variation du score HAM-D après 2 semaines de traitement, puis 4 semaines après la fin du traitement.

La variabilité de la fréquence cardiaque durant le sommeil et la tolérance thérapeutique étaient également évalués.

  • 36 patients ont été inclus dans l'essai : 17 ont reçu le traitement par bains hyperthermiques et 19 étaient dans le groupe contrôle.
  • 6 patients (3 dans chaque groupe) ont arrêté l'étude.

Les patients dans le groupe « bains hyperthermiques » recevaient des soins qui élevaient la température finale du soin s'élevait de 2,4°C.

L'effet positif du traitement par bains hyperthermiques a été obtenu à la fin des 2 premières semaines de l'évaluation et ce de manière statistique. Il a été maintenu également à l'issue des 8 semaines d'évaluation, mais de manière non significative.

Les auteurs ont conclu à un effet modéré mais significatif avec une amélioration de 3,1 points sur l'échelle HAM-D total, en faveur des bains hyperthermiques comparés au traitement placebo.

Le mécanisme d'action des bains hyperthermiques sur l'humeur pourrait passer par une resynchronisation du rythme circadien et/ou en une régulation du sommeil, physiologiquement induit par le caractère sédatif de la balnéothérapie chaude.

Les auteurs ont conclu qu'un traitement par bains hyperthermiques, permettant une élévation de 2,4°C pendant 20 minutes de la température corporelle, est un traitement bénéfique et bien toléré dans le trouble dépressif.

Voilà une nouvelle étude clinique qui va dans le sens d'un impact de la balnéothérapie chaude, même réduite à 30 mn/j, sur l'amélioration du sommeil, la resynchronisation des rythmes et l'amélioration des symptômes dépressifs.

 

Espace Presse

La presse a son mot à dire : Accéder à l'espace presse