diaporama

  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4

Actualités

Objectifs

  • S'adresser aux professionnels qui souhaitent découvrir l'intérêt de cette approche thérapeutique méconnue, 
  • Informer en pratique, sur la cure et les soins,
  • Faire le point sur le niveau de preuves de l'efficacité de cette thérapeutique,
  • Bien délimiter les indications thérapeutiques qui s'imposent (et donc écarter les non-indications ou contre-indications),
  • Présenter ses développements (Ecole thermale du stress, sevrage de BZD).

Attention à la consommation des benzodiazépines !

Consommation chronique des benzodiazépines - Étude de Scott Weich.


Récemment l'étude de Scott Weich * révèle des résultats tout à fait intéressants sur la consommation chronique des benzodiazépines.

Un suivi pendant 7 années en moyenne de plus de 100 000 personnes âgées de plus de 16 ans, a permis de constituer deux groupes de sujets.

Le 1er groupe de 34 727 personnes a eu un suivi médical par prescription d'anxiolytiques et/ou hypnotiques entre 1998 et 2001. Le 2ème groupe, de 69 418 personnes, n'a pas pris de traitement de ce type.

Afin de rendre les groupes comparables et de réduire les biais inhérents à une telle étude, un ajustement des facteurs de divergence a été assuré.

Les auteurs ont ainsi tenu compte des maladies physiques associées. Il résulte de cette étude que des patients consommateurs de tranquillisants ou benzodiazépines avaient un risque de décès presque deux fois plus élevé que les autres. Ce risque augmente avec les doses et reste élevé pour les patients qui n'ont pris ces produits qu'au cours d'une seule année de suivi.

Au final, la mortalité cumulée pendant la totalité du suivi a été de 26,46% pour les patients traités par benzodiazépines contre 16,90% pour les sujets témoins.

Certes, les auteurs ne nient pas un certain nombre de biais entre les deux groupes de patients, mais ces résultats montrent les dangers des benzodiazépines.

Les auteurs concluent également en l'intérêt de trouver des approches thérapeutiques alternatives aux médicaments.

La médecine thermale qui a démontré dans l'étude STOP TAG, comparant deux groupes de patients présentant un trouble anxieux généralisé que l'efficacité de la cure thermale était significativement supérieure à celle d'un médicament de référence des troubles anxieux généralisés (paroxétine) est une alternative tout à fait crédible.

Par ailleurs, un protocole, mis en place en station thermale à orientation psychiatrique a permis d'arrêter, chez 70 patients la consommation des benzodiazépines pour 41% d'entre eux.

Le suivi d'une cohorte de 94 patients complémentaires permet d'obtenir des résultats comparables puisque 37% de ces 94 patients, ont pu cesser leur consommation sur une période de 3 mois après la cure.

Il résulte de ces constats, l'intérêt d'initier des prises en charge visant une activité anxiolytique sans amener de risque d'effets indésirables à long terme chez les patients anxieux ou insomniaques.

*Scott Weich, Hannah L. Pearce, Peter Croft, Swaran P.Singh, Ilana B. Crome, James Bashford, Martin Frisher, "Effect of anxiolytic and hypnotic drug prescriptions on mortality hazards: retrospective cohort study". Bristish Medical Journal, vol. 348, 2014

 
Scott Weich

Espace Presse

La presse a son mot à dire : Accéder à l'espace presse