diaporama

  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4

Actualités

Objectifs

  • S'adresser aux professionnels qui souhaitent découvrir l'intérêt de cette approche thérapeutique méconnue, 
  • Informer en pratique, sur la cure et les soins,
  • Faire le point sur le niveau de preuves de l'efficacité de cette thérapeutique,
  • Bien délimiter les indications thérapeutiques qui s'imposent (et donc écarter les non-indications ou contre-indications),
  • Présenter ses développements (Ecole thermale du stress, sevrage de BZD).

Troubles Bipolaires

Bipolarité et conduites addictives

L’adolescence  est une période privilégiée d’expérimentation de la consommation de tabac, alcool, et de substances illicites en particulier le cannabis et de plus en plus les excitants (amphétamines, ecstasy…). Dans les pays industrialisés, cette expérimentation débute à un âge de plus en plus précoce et sa prévalence est en augmentation.

 

Le risque de dépendance est aussi élevé sans compter la fréquence des comorbidités avec les troubles psychiatriques y compris les troubles de l’humeur  dont le trouble bipolaire (TBP).

 

Si le tableau du TBP du grand adolescent est voisin de l’adulte jeune, donc plus classique, la présentation est plus polémique chez l’adolescent plus jeune et il importe dans l’appréciation de la situation de :

  • se prévenir de l’adultomorphisme
  • prendre le soin de rechercher les dysfonctionnements dans tous les domaines (santé, famille, loisir, scolarité…)
  • éliminer l’euphorie et l’exaltation en lien avec l’adolescence. 

Le Trouble Déficit Attentionnel Hyperactivité (TDHA) a un statut particulier.

 

Dans l’abord psychopathologique des addictions chez l’adolescent, il importe de considérer trois phases liées à trois processus différents :

  1. Recherche de sensations et initiation
  2. Trouble de la régulation émotionnelle et auto thérapie
  3. Fragilité narcissique et dépendance

 

Les vulnérabilités familiales, sociales, biologiques doivent être considérées.

 

La prévention reste le fondement et la prise en soins doit distinguer le trouble induit de la vraie comorbidité.

 

 

 
Pr Philippe NUBUKPO - Limoges

Espace Presse

La presse a son mot à dire : Accéder à l'espace presse