diaporama

  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4

Actualités

Objectifs

  • S'adresser aux professionnels qui souhaitent découvrir l'intérêt de cette approche thérapeutique méconnue, 
  • Informer en pratique, sur la cure et les soins,
  • Faire le point sur le niveau de preuves de l'efficacité de cette thérapeutique,
  • Bien délimiter les indications thérapeutiques qui s'imposent (et donc écarter les non-indications ou contre-indications),
  • Présenter ses développements (Ecole thermale du stress, sevrage de BZD).

Soigner l'anxiété généralisée

L'anxiété généralisée est un trouble qui touche 4 à 7 % des personnes en population générale. Si on élargit à l'ensemble des troubles anxieux, sa fréquence est de 10 à 15 % sur la population générale.
Cette affection, dans 2/3 des cas, féminine est souvent favorisée par des situations de solitude ou de rupture affective.

L'anxiété généralisée s'accompagne fréquemment d'état dépressif lorsqu'elle est prolongée.
Cette affection est très sensible aux facteurs d'environnement, à l'anxiolyse psychothérapique, au soutien psychologique, à l'éloignement des facteurs de stress et à la dimension resociabilisante des prises en charge institutionnelles. La stigmatisation par un milieu hospitalier trop régressant est par contre un élément qui peut renforcer le sentiment péjoratif d'échec pour la personne.

Outre l'activité anxiolytique de la crénothérapie, les aspects d'environnement de la cure thermale sont donc très impactant sur ce trouble.

Différentes études sont venues apporter, ces dernières années, d'indiscutables preuves de l'efficacité à la fois de la balnéothérapie et plus globalement de la cure thermale de trois semaines.

Etude STOP-TAG

L'étude STOP TAG, publiée dans des revues référencées (Complementary Therapies in Medecine, 2010-10-17 If = 1.84 - Revue Santé Publique 2008, vol. 20 ; 105-112 - Annales Médico-Psychologiques 166 (2008) 109-114), est celle présentant le meilleur niveau de preuve.

Celle-ci a consisté en une étude multicentrique, prospective, comparative, randomisée, entre deux cohortes de patients présentant un TAG selon les critères du DSM IV.

Deux groupes étaient constitués par tirage au sort : un traité par Paroxétine pendant 2 mois, l'autre par cure thermale pendant 3 semaines.

Le critère de jugement principal consistait en la variation observée au score globale de l'échelle HAM-A entre S8 et S0.

Les résultats sont favorables à la cure thermale avec une différence nettement significative (supériorité de 44 % de l'action thérapeutique en faveur de la cure à 8 semaines).

22 % des patients du groupe cure thermale sont guéris à 8 semaines contre 8 % dans le groupe Paroxétine.

On retrouve 66 effets indésirables dans le groupe cure contre 148 dans le groupe Paroxétine.
Cette étude montre l'existence d'un effet thérapeutique retardé et prolongé ; c'est-à-dire que dans le groupe cure à S4, l'effet thérapeutique est significativement inférieur à celui observé à S8, ce qui montre une action progressive.

Le groupe de patients améliorés de 30 % à S8 a été suivi sur 6 mois. Il est encore amélioré de 49 % à 6 mois, ce qui montre l'action durable.

Cette étude est confirmée par une étude sur le burn out (Blasche G et al, Forsch Kompl - med 2010,17:132-6 ; IF 2010 = 1,059), sur 65 patients actifs, qui montre, en fin de prise en charge, une réduction des 4 symptômes du burn out et son maintien thérapeutique à 3 mois.

Suivi de l'efficacité du Thermalisme à Orientation Psychosomatique dans le Trouble Anxiété Généralisée)

L'objectif principal de cette étude a été de comparer l'efficacité du thermalisme à orientation psychosomatique à celle d'un traitement de référence : la Paroxétine (DEROXAT®) ayant l'AMM pour l'indication trouble anxiété généralisée (TAG).

 

Pour en savoir plus

 

Références :

Wang Ps and coll. Twelve-mo,th use of mental health services in the united States : results from the national Comorbidity Survey replication. Archives of General Psyhciatry , 62(6) :629-40, 2005.

‚ Rouillon F. Long term therapy of generalized anxiety disorder. European Psychiatry, 19(2) :96-101, 2004

Date de création : 12 novembre 2012

Espace Presse

La presse a son mot à dire : Accéder à l'espace presse