diaporama

  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4

Actualités

Objectifs

  • S'adresser aux professionnels qui souhaitent découvrir l'intérêt de cette approche thérapeutique méconnue, 
  • Informer en pratique, sur la cure et les soins,
  • Faire le point sur le niveau de preuves de l'efficacité de cette thérapeutique,
  • Bien délimiter les indications thérapeutiques qui s'imposent (et donc écarter les non-indications ou contre-indications),
  • Présenter ses développements (Ecole thermale du stress, sevrage de BZD).

Les soins crénothérapiques

La cure thermale est caractérisée par l'utilisation de soins crénothérapiques dont l'administration se fait sous 4 formes différentes :

  • Douche thermale (projection d'une masse d'eau à forte pression (3 à 4 bars)),
  • Bains bouillonnants : bains complets (envahissant l'ensemble des téguments du sujet), tièdes ou chauds, d'une durée de 10 à 20mn. Il existe de nombreuses variétés de bains bouillonnants.
  • Massages sous l'eau : durée de 10 à 20mn ; massages sédatifs réalisés par un masseur-­ kinésithérapeute alors que le patient reçoit des filets d'eau sur la face postérieure de l'ensemble du corps.
  • Bains en piscine : avec possibilité de douches en immersion.

 

L'administration de produits thermo-­minéraux s'est avérée, dans de nombreuses études*, posséder une efficience supérieure à celle de l'hydrothérapie non thermale. Les produits crénothérapiques agissent essentiellement par leurs propriétés physiques de thermalité et par leur minéralité ; la peau est perméable aux éléments minéraux. L'action par nociception assure des effets directs de décontraction musculaire, des effets antispasmodiques et de vasodilatation.

 

L'activité antalgique de la crénothérapie a été largement démontrée. Elle est sans doute favorisée par l'inhibition de la transmission de la douleur au niveau médullaire postérieure (théorie du gate control).

Une autre hypothèse est la stimulation des opioïdes endogènes par stimulation cutanée. Par ailleurs, les capacités endocriniennes démontrées des cellules épidermiques stimulées par la crénothérapie peuvent expliquer les modifications sur l'axe cortico-­surrénalien rencontrées dans le cadre de séjours thermaux.


Référence :
*The efficacy of a topical gel prepared using Lake Urmia mud in patients with knee osteoarthritis (Mahboob, 2009), The effects of sulfurous-arsenical-ferruginous thermal water nasal irrigation in wound healing after functional endoscopic sinus surgery for chronic rhinosinusitis: a prospective randomized study (Staffieri, 2008) et Intravaginal gel prepared from Dead Sea peloid for treating luteal-phase defect (Artymuk, 2010) (voir le site internet).

 

 

Date de création : 12 novembre 2012

Espace Presse

La presse a son mot à dire : Accéder à l'espace presse